Instruments Medievaux

Le jeu de paume, ancêtre du tennis

Written on 5 juin 2017   By   in Sport

Ancêtre de l’ensemble des jeux se pratiquant avec une raquette dont notamment le tennis, la pelote basque, le squash ou encore le badminton, le jeu de paume est un sport de loisir qui a vu le jour en France au Moyen Âge. Il se développe au fil des siècles avec l’apparition de nouvelles formes. Grâce à sa facilité, c’est une pratique qui devient très vite populaire. Cet article a pour but de relater l’histoire de ce jeu depuis son invention à l’époque médiévale jusqu’à aujourd’hui.

Jeu de paume : les débuts

Même si des traces de la pratique de plusieurs variantes remontent à l’Antiquité selon certains historiens, c’est au XIIIe siècle qu’est né le jeu de paume. A la lecture de la documentation disponible, ce sport aurait été inventé par des moines désirant faire de l’exercice physique. Son appellation serait donc due au fait que ces derniers jouaient avec une balle en s’aidant des murs, du sol et des cloîtres. Il demeure pendant longtemps un jeu qui se pratique à main nue ou gantée en plein air. Les salles de jeu de paume connues sous le nom de tripots naissent au XIVe siècle. Il s’agit de terrains couverts d’un toit. Dès la fin du XVe siècle, différents types de cordage sont utilisés en vue du renforcement des gants. Dans la même période, apparaissent les battoirs en bois qui sont demeurés des accessoires de jeu de paume rudimentaires. Il faut attendre le XVIe siècle pour que soit conçue la toute première raquette. Disposant d’un cordage en boyaux de mouton et d’un long manche, celle-ci offre plus de confort aux joueurs.

jeu de paume

Formes et population concernée

Le jeu de paume se pratiquait au Moyen Âge sous deux formes. On a la longue paume qui se jouait en plein air et donc en extérieur. Son évolution au fil du temps donne plus tard naissance au rebot en Pays basque. Il y a également la paume courte dont la pratique se fait dans un lieu couvert ayant la taille d’un trinquet. Cette version jouée en salle, connue sous le nom de tripot, évolue pour devenir d’abord le pasaka puis le tennis. Loisir privilégié des humanistes et des étudiants, il a la faveur d’un public plus large dès le XIVe siècle. Les nobles, les éducateurs ainsi que la population dans son ensemble, sont conquis par le jeu de paume. Il est même qualifié de  » Jeu des Rois  » au XVIe siècle. De François I à Henri II en passant par Charles IX et Henri IV, les rois qui l’adoptent en deviennent des experts et sont nombreux. Et comme on peut le voir, le jeu de paume était pratiqué par toutes les couches sociales avec passion, malgré les préjugés à son égard.

Le jeu de paume : une popularité en dehors des frontières de la France

Devenu très populaire, le jeu de paume se répand dans tout l’Hexagone et partout dans le monde. Il est introduit en Angleterre dès le XVIe siècle sous l’appellation de court tennis. Il s’y pratiquait à l’aide de raquettes. Il arrive également aux Etats-Unis par l’entremise de Mary Ewing Outerbrige au XIXe siècle. Il débarque en outre en Australie où il est appelé Real Tennis ou Royal Tennis. Il s’exporte enfin en Italie, Allemagne, Espagne et bien plus encore. Le jeu de paume a perdu sa notoriété qu’il avait au Moyen Âge. Seuls neuf pays abritent encore des salles pour sa pratique.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_paume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *